L’inclusion financière des jeunes dans les réseaux membres : opportunité de mise en place d’un modèle de financement spécifique aux jeunes

//L’inclusion financière des jeunes dans les réseaux membres : opportunité de mise en place d’un modèle de financement spécifique aux jeunes

L’inclusion financière des jeunes dans les réseaux membres : opportunité de mise en place d’un modèle de financement spécifique aux jeunes

Dans le cadre du Projet Emploi des Jeunes et Développement des Compétences (PEJDC) du Ministère de la Jeunesse et l’Insertion Professionnelle, la CIF-AO a été invité à prendre part à une rencontre B to B organisé du 13 au 17 mars 2017 dans les locaux du cabinet IMPACT-PLUS à Ouagadougou. Le B to B avait pour objectif de permettre aux jeunes porteurs de micro-projets d’entreprises, de rencontrer les institutions financières en vue de nouer des relations directes d’affaires mais aussi, de recevoir des conseils des professionnels des institutions financières sur les possibilités de financement existantes ou adaptées à leurs besoins.

Ce fût une occasion pour  la CIF-AO de porter son regard sur la nature et le type de projets qui sont proposés par les jeunes notamment les corps de métiers dominant, le montant moyen des besoins en  financement, le niveau de connaissance de secteur dans lequel le jeune veut entreprendre mais aussi, la nature et le type de besoins d’accompagnement non financier, etc.

Les constats qui se dégagent de cette rencontre se situent à 03 niveaux :

  • la plupart des jeunes reçus entendent contracter le crédit pour la première fois, ce qui pourrait signifier qu’ils ont une faible maitrise des enjeux du crédit ;
  • L’existence d’un potentiel important du segment jeunes en besoin de financement mais dont le Crédit aux Jeunes Artisans (CRED’ART) offert par le partenaire de la CIF-AO en l’occurrence le Réseau des Caisses Populaires du Burkina (RCPB) n’apporte pas des réponses suffisantes dans sa forme actuelle;
  • La présence de trois grandes banques commerciales de la place et une société d’assurances à cette rencontre B to B montrant ainsi à souhait que, la chasse à la clientèle est devenue une course contre la montre.

Considéré dans un passé très récent comme étant un segment à haut risque, inexpérimenté, sans garantie, etc., les jeunes semblent susciter de  plus en plus un intérêt de la part des institutions financières. Cependant, avec l’expérience du CRED’ART qui a été mis en place par la CIF-AO en partenariat avec l’ONG Luxembourgeoise Appui au Développement Autonome (ADA) et le Réseau des Caisses Populaires du Burkina, il apparait aujourd’hui que le RCPB possède un avantage du fait de disposer d’un mécanisme structuré et d’outils de financement adapté aux jeunes en phase d’amorçage ou de renforcement de leur micro-entreprise.

C’est à ce titre que la CIF-AO dans son engagement pour l’inclusion financière des cibles défavorisées, veut faire de l’inclusion financière des jeunes et des femmes une priorité. Aussi, tenant compte du contexte actuel des pays de ses réseaux membres (Burkina Faso, le Benin, le Mali, le Sénégal et le Togo) marqué par la montée en puissance des thèmes d’entrepreneuriat jeunesse et des femmes, la CIF juge nécessaire de se pencher avec ses partenaires sur cette opportunité afin de professionnaliser ses réseaux membres dans le financement spécifique aux jeunes et aux femmes qui aura sans doute, un impact sur les performances financières et sociales des réseaux.

2018-04-19T16:58:03+00:00